​Selon KPMG au Canada, les investissements canadiens dans la technologie financière ont grandement diminué au cours du premier semestre de 2023 à mesure que les évaluations d’entreprises ont continué de chuter à des niveaux qui n’avaient pas été atteints depuis le début de la pandémie de COVID-19, principalement en raison de préoccupations macroéconomiques.

Pendant les six premiers mois de 2023, les investissements (y compris le capital de risque, les placements privés et les activités de fusion et d’acquisition) ont totalisé 353,7 M$ US dans 57 opérations. Ce montant est inférieur au 1,09 G$ US investi dans 87 transactions conclues au cours du deuxième semestre de 2022 et aux 834,1 M$ US investis dans 109 transactions au cours du premier semestre de 2022, selon les données compilées par PitchBook pour KPMG au Canada.

Le premier semestre de 2023 a été l’un des plus faibles pour les évaluations d’entreprises depuis le premier semestre de 2020, lorsque la pandémie de COVID-19 a secoué les marchés mondiaux et l’économie. Geoff Rush, associé et leader national, Services financiers chez KPMG au Canada, affirme que c’est la poursuite d’une tendance à la baisse qui s’est amorcée l’an dernier.

« Les investisseurs sont toujours très préoccupés par l’état de l’économie mondiale, car la crainte d’une récession, de la forte inflation et de taux d’intérêt élevés continue de peser lourdement sur les évaluations d’entreprises, ce qui les amène à s’arrêter pour réfléchir à leurs stratégies et à leurs investissements actuels, explique M. Rush. Les préoccupations géopolitiques et la faillite de plusieurs banques au cours des derniers mois influencent aussi les décisions des investisseurs. Sur ce dernier point, le fait que certains portefeuilles de prêts et équipes de placement aient récemment été acquis par des institutions financières montre qu’il y a encore des occasions en technologie financière », note-t-il.

Au premier trimestre, les investissements dans la technologie financière canadienne ont totalisé 297,3 M$ US dans 30 opérations, mais ont été plus de cinq fois moindres pour s’établir à 56,5 M$ US dans 27 opérations au deuxième trimestre. En fait, le T2 a été l’un des trimestres les plus faibles pour les évaluations d’entreprises de technologie financière canadiennes depuis le troisième trimestre de 2016.

M. Rush ajoute que la tendance à la baisse se poursuivra probablement pendant le reste de l’année. « Même si les investissements continueront d’être faibles au cours du deuxième semestre, nous verrons probablement des foyers d’activité dans des domaines comme la chaîne de blocs, l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine. De nombreuses sociétés de services financiers comptent beaucoup sur la technologie et cherchent à adopter plus de technologies émergentes comme l’IA générative, ce qui devrait être de bon augure pour le secteur de la technologie financière à court et à long terme », note-t-il.

Investissement dans la technologie financière au Canada au S1 de 2023

Tablette

Source: PitchBook, KPMG au Canada

Type de transaction

Transactions par secteur

19 – Aide financière au démarrage

15 – Cryptoactifs/chaîne de blocs

15 – Financement d’amorçage

7 – Intelligence artificielle/apprentissage machine

10 – Financement des dernières phases

6 – Paiements

5 – Fusions et acquisitions

4 – Technologies de lutte contre les changements climatiques/technologies propres

3 – Investissements providentiels

4 – Technologie réglementaire

3 – Croissance/expansion du capital-investissement

  1. – Technologies du secteur de l’assurance
2 – Rachats

2 – Cybersécurité

0 – Premier appel public à l’épargne 2 – Technologies de gestion de patrimoine

Le financement par capital de risque chute à un niveau de début de pandémie

Les sociétés de capital de risque ont investi 260,1 M$ US dans des technologies financières canadiennes au cours des six premiers mois de 2023 (47 transactions), soit quatre fois moindre par rapport aux six derniers mois de 2022, durant lesquels 989 M$ US ont été investis (65 transactions) et au premier semestre de 2022, au cours duquel 805,7 M$ US ont été investis (95 transactions). Durant le premier trimestre de 2023, les sociétés de capital de risque ont investi 203,7 M$ US dans le cadre de 25 transactions, puis 56,5 M$ US dans 22 transactions au cours du deuxième trimestre.

La majorité des transactions ont été des investissements d’aide au démarrage et d’amorçage, suivis par des cycles de financement de dernières phases. Il n’y a eu aucun premier appel public à l’épargne au premier semestre, l’austérité de l’année dernière se maintenant.

Georges Pigeon, associé au sein du groupe Services-conseils transactionnels de KPMG au Canada, affirme que l’activité d’aide au démarrage et de financement d’amorçage suggère que les investisseurs veulent financer de jeunes entreprises innovantes évaluées raisonnablement, ce qui est un signe positif pour la santé et la croissance de l’écosystème de technologie financière du Canada.

« Le moment pourrait être bien choisi pour lancer une entreprise de technologie financière, car les investisseurs s’engageraient dès les premiers cycles de financement. Avec des évaluations d’entreprises raisonnables, de nombreux investisseurs ont le temps de voir leurs investissements porter fruit, ce qui est une bonne occasion pour de nouvelles technologies financières de voir le jour », dit-il.

M. Pigeon note qu’un certain nombre de sociétés de technologies financières ont réussi jusqu’à présent à préserver ou à étendre leur financement tout au long de l’année, mais que celles qui ont besoin de fonds dans un proche avenir pourraient se heurter à des évaluations d’entreprises stagnantes ou même à la baisse.

« Les sociétés de technologies financières qui n’ont pas eu à recourir à du financement pourraient trouver un environnement plus ouvert vers la fin de l’année, car les craintes des investisseurs au sujet d’une récession s’atténuent à mesure qu’ils anticipent un éventuel plafonnement des augmentations des taux d’intérêt. Nous pourrions voir une certaine stabilité revenir sur les marchés de financement d’ici la fin de 2023 ou le début de 2024. Malheureusement, ce calendrier pourrait signifier que certaines entreprises de technologies financières plus matures dont les flux de trésorerie positifs ne sont toujours pas rétablis pourraient faire face à des choix très difficiles d’ici là, comme vendre à perte ou simplement fermer leurs portes, » ajoute-t-il.

L’activité mondiale en matière de technologie financière s’effondre, mais les États-Unis brillent

Selon le dernier rapport semestriel de KPMG International, Rapport Pulse of Fintech, le premier semestre de l’année a représenté un défi pour le marché mondial de la technologie financière, puisque les investissements ont chuté à 52,4 G$ US dans 2 153 opérations, contre 63,2 G$ US dans 2 885 opérations au deuxième semestre de 2022.

Le marché de la technologie financière aux États-Unis a connu un vif succès, avec 34,9 G$ US investis dans 809 transactions au premier semestre de 2023, ce qui représente plus des deux tiers du total mondial de 52,4 G$ US. Les États-Unis ont également attiré cinq des sept transactions de technologie financière de plus de 1 G$ US conclues au cours du premier semestre.

Un mot sur KPMG au Canada

KPMG s.r. l./S.E.N.C.R.L., cabinet d'audit, de fiscalité et de services-conseils et société canadienne à responsabilité limitée appartient à des Canadiens qui en assurent l'exploitation. Depuis plus de 150 ans, nos professionnels fournissent aux Canadiens tout un éventail de services-conseils, de services de comptabilité et d'audit et de services fiscaux qui inspirent la confiance, favorisent le changement et stimulent l'innovation. Guidé par des valeurs fondamentales – Intégrité, Excellence, Courage, Ensemble, Pour le mieux –, KPMG compte plus de 10 000 professionnels et employés dans plus de 40 bureaux au Canada, qui servent des clients des secteurs privé et public. KPMG fait régulièrement partie des meilleurs employeurs au Canada et est reconnu comme l'un des meilleurs milieux de travail au pays.

Le cabinet est constitué en vertu des lois de l'Ontario et membre de l'organisation mondiale KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Limited, société de droit anglais à responsabilité limitée par garantie. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel. Pour plus d'information, consultez kpmg.com/ca/fr.

Pour toute demande d'information de la part des médias, adressez-vous à :

Roula Meditskos
Service national des communications et Relations avec les médias
KPMG au Canada
416-549-7982
rmeditskos@kpmg.ca