​En prévision du budget fédéral de cette année, la plupart des chefs d'entreprise canadiens sont déterminés à intégrer les pratiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) dans leurs stratégies commerciales, mais disent avoir besoin de plus d'aide de la part du gouvernement si le Canada veut faire la transition vers une économie plus verte, selon un nouveau sondage de KPMG au Canada.

L'enquête menée auprès de 505 moyennes entreprises révèle que la plupart d'entre elles estiment que les pouvoirs publics doivent faire davantage pour rivaliser avec les nouvelles législations américaines et européennes en matière d'écofiscalité. En effet, 8 sur 10 (80 %) réclamant des incitations fiscales et des crédits d'impôt à l'investissement supplémentaires pour leur permettre d'adopter des technologies et des sources d'énergie propres.

« Les chefs d'entreprise du Canada sont prêts à faire la transition écologique, mais il faut que le gouvernement crée un environnement plus favorable. Cela comprend, entre autres, d'autres allégements fiscaux pour les aider à délaisser les produits à forte intensité de carbone et à investir dans l'énergie propre et les technologies à consommation énergétique nette zéro, a déclaré Lucy Iacovelli, associée directrice canadienne, Fiscalité, KPMG au Canada.

Plus de 8 répondants sur 10 (84 %) ont indiqué qu'ils utilisent les incitatifs gouvernementaux existants pour réduire leur empreinte environnementale. Toutefois, pour rester concurrentiels, ils croient qu'il est essentiel que le Canada suive le rythme des nouveaux investissements respectueux de l'environnement et des nouvelles mesures fiscales adoptées aux États-Unis. Grâce au soutien et aux outils appropriés, les entreprises canadiennes peuvent jouer un rôle clé dans la stimulation d'une croissance propre, la création d'emplois durables et la création d'une place unique pour le Canada dans la nouvelle économie mondiale ».

Principales conclusions du sondage

  • 82 % pensent que les petites et moyennes entreprises sont essentielles à la transition écologique au Canada
  • 89 % disent avoir déjà intégré des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leurs stratégies commerciales
  • 84 % ont déclaré que leur entreprise utilise actuellement des incitatifs gouvernementaux pour réduire son empreinte environnementale
  • 77 % trouvent le processus de décarbonisation de plus en plus complexe
  • 84 % estiment qu'il est essentiel que le Canada s'adapte rapidement pour rester concurrentiel face à la nouvelle législation sur l'écotaxe des États-Unis et de l'Union européenne
  • 82 % estiment que les investissements du gouvernement doivent augmenter considérablement pour mettre au point les technologies et les solutions propres dont les entreprises ont besoin pour respecter les engagements du Canada en matière de changements climatiques
  • 80 % pensent que leur entreprise a besoin de plus d'incitatifs à la consommation pour que les Canadiens adoptent des produits d'énergie propre

La volatilité économique prolongée est un facteur clé

Le sondage de KPMG révèle que plus de 8 répondants sur 10 (84 %) pensent que les pressions inflationnistes dureront plus longtemps que prévu, jusqu'en 2024. La plupart des répondants (81 %) attribuent cette volatilité continue, en partie, à la transition vers l'énergie verte ainsi qu'aux chocs de l'offre causés par la dégénérescence et les pressions politiques croissantes.

« Tout en s'engageant à assurer un avenir vert, l'inflation élevée et la hausse des taux d'intérêt rendent la transition et les investissements requis de plus en plus coûteux pour les entreprises, a affirmé Mary Jo Fedy, leader nationale, KPMG Entreprise.

Compte tenu de la volatilité économique qui risque de s'éterniser dans un avenir prévisible, plus de 8 entreprises sur 10 (82 %) souhaitent que les investissements du gouvernement augmentent considérablement afin de mettre au point les technologies propres et les solutions dont les entreprises ont besoin pour respecter les engagements du Canada en matière de climat », a-t-elle ajouté.

La transition du Canada vers un avenir sobre en carbone

Le sondage révèle un solide engagement à l'égard de la durabilité chez les chefs d'entreprise : 84 % d'entre eux affirment que toute leur équipe de direction appuie leur stratégie de facteurs ESG. Le sondage a également révélé que la plupart des entreprises (82 %) prévoient d'augmenter le montant qu'elles investissent cette année.

« Il est encourageant de constater que les entreprises canadiennes prévoient d'accroître leurs investissements et leurs ressources dans leurs pratiques ESG cette année, affirme Doron Telem, leader national, Enjeux ESG, KPMG au Canada. Toutefois, bon nombre d'entre eux n'y parviendront qu'à l'aide d'un soutien gouvernemental plus solide. Nous nous attendons à ce que le budget fédéral donne plus de détails sur le plan économique du gouvernement pour appuyer les entreprises et la transition écologique, en mettant l'accent sur les secteurs émergents, les technologies propres, les véhicules et les batteries à zéro émission, les minéraux essentiels et les sources d'énergie.

Mais les entreprises ne cherchent pas seulement des incitatifs fiscaux et leurs programmes associés. La plupart des répondants (80 %) pensent que le gouvernement doit appuyer le virage vert de leur entreprise en mettant en œuvre davantage de mesures pour inciter les consommateurs à demander des changements. »

À propos du sondage de KPMG auprès des entreprises – Budget fédéral 2023

KPMG au Canada a sondé 505 entreprises canadiennes du 3 au 16 février 2023, en utilisant la plateforme de recherche en ligne Methodify de Sago. Tous les répondants sont propriétaires d'entreprise ou décideurs au niveau de la direction. Quarante-quatre pour cent d'entre eux soutiennent des entreprises dont le chiffre d'affaires annuel brut est supérieur à 500 millions de dollars; 20 %, des entreprises dont le chiffre d'affaires annuel brut est compris entre 300 et 499 millions de dollars; 16 %, des entreprises dont le chiffre d'affaires annuel brut est compris entre 200 et 299 millions de dollars; 16 %, des entreprises dont le chiffre d'affaires annuel brut est compris entre 100 et 199 millions de dollars; et les 4 % restants, des entreprises dont le chiffre d'affaires annuel brut est compris entre 50 et 99,9 millions de dollars. Soixante-dix-sept pour cent des entreprises sont privées et 23 % sont cotées en bourse. Quarante-quatre pour cent sont des entreprises familiales.

Un mot sur KPMG au Canada

KPMG s.r. l./S.E.N.C.R.L., cabinet d'audit, de fiscalité et de services-conseils et société canadienne à responsabilité limitée appartient à des Canadiens qui en assurent l'exploitation. Depuis plus de 150 ans, nos professionnels fournissent aux Canadiens tout un éventail de services-conseils, de services de comptabilité et d'audit et de services fiscaux qui inspirent la confiance, favorisent le changement et stimulent l'innovation. Guidé par des valeurs fondamentales – Intégrité, Excellence, Courage, Ensemble, Pour le mieux –, KPMG compte plus de 10 000 professionnels et employés dans plus de 40 bureaux au Canada, qui servent des clients des secteurs privé et public. KPMG fait régulièrement partie des meilleurs employeurs au Canada et est reconnu comme l'un des meilleurs milieux de travail au pays.

Le cabinet est constitué en vertu des lois de l'Ontario et membre de l'organisation mondiale KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Limited, société de droit anglais à responsabilité limitée par garantie. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel. Pour plus d'information, consultez home.kpmg/ca/fr.

Renseignements : Pour organiser une entrevue avec un porte-parole de KPMG, veuillez communiquer avec :

Nancy White
Service national des communications et Relations avec les médias
KPMG au Canada
416 777-3306
nancywhite@kpmg.ca