Après une année record en 2021, l'investissement dans les technologies financières canadiennes a chuté de plus de 50 % au cours des six premiers mois de 2022, reflétant un recul plus généralisé dans le secteur des technologies, selon le rapport de KPMG Pulse of Fintech H1'22 – Global insight (en anglais).

Au cours du premier semestre de 2022, les entreprises de technologies financières canadiennes ont constaté un investissement total de 810 millions de dollars américains dans 85 transactions, comparativement à 1,9 milliard de dollars américains au deuxième semestre de 2021. Il s'agit également d'une baisse notable par rapport au premier semestre de 2021, qui a enregistré des investissements de 5,4 milliards de dollars américains dans 108 transactions. Cependant, le premier semestre de 2021 a représenté une exception, avec l'un des trimestres les plus solides jamais enregistrés.

« Le ralentissement du marché et la baisse des valorisations technologiques qui en a découlé ont amené les investisseurs à appuyer sur le bouton "pause" au cours des derniers mois, mais avec tant d'investissements dans les technologies financières l'an dernier, nous voyons cela comme un rééquilibrage des attentes, ou comme une remise à zéro du secteur, si vous voulez », a indiqué Geoff Rush, chef national, Services financiers à KPMG au Canada. « Nous nous attendons à ce que le secteur des technologies financières continue de susciter de l'intérêt au deuxième semestre de l'année, mais les investisseurs seront plus sélectifs quant à l'endroit où ils déploieront leurs capitaux. »

Lors du premier semestre de l'année, la majorité des investissements dans les technologies financières au Canada provenait du capital de risque. Réparties par type de transactions, on compte 25 transactions de financement d'amorçage, 23 transactions d'aide financière au démarrage et 17 transactions de financement aux étapes ultérieures.

Plus du tiers de toutes les transactions de technologies financières ont eu lieu dans le domaine des crypto-actifs, malgré un ralentissement dans ce marché.

Faits saillants du premier semestre de 2022 :

  • Les investissements dans les technologies financières canadiennes ont totalisé 426,6 millions de dollars américains au premier trimestre et 382,4 millions de dollars américains au deuxième trimestre.
  • Il y a eu 85 transactions financières au total (y compris le capital de risque, les fusions et acquisitions et le capital-investissement).
  • Il y a eu 69 transactions de capital de risque d'une valeur de 776,12 millions de dollars américains.
  • On a compté 29 transactions dans le domaine des crypto-actifs, 8 transactions dans les technologies de paiements, 8 dans les technologies réglementaires et 5 dans les technologies immobilières.
  • Il n'y a eu aucun premier appel public à l'épargne (PAPE) au Canada.
  • L'investissement mondial dans les technologies financières a chuté, passant de 111,2 milliards de dollars américains dans 3 372 transactions au deuxième semestre de 2021 à 107,8 milliards de dollars américains dans 2 980 transactions au premier semestre de 2022.
  • Dans les Amériques, les investissements dans les technologies financières sont passés de 59,7 milliards de dollars américains à 39,4 milliards de dollars américains.

Le rapport global de KPMG souligne également que la tourmente dans les marchés publics « a presque paralysé les activités de PAPE », y compris au Canada, où il n'y a pas eu de PAPE au cours des six premiers mois de l'année. La rareté des PAPE devrait se poursuivre durant la seconde moitié de l'année.

Selon le rapport, bien que l'investissement global dans les technologies financières devrait être modéré au cours des six prochains mois, tant à l'échelle mondiale qu'au Canada, la pression à la baisse qui continue de s'exercer sur les valorisations des technologies pourrait entraîner une augmentation des activités de fusions et acquisitions ainsi que de capital-investissement, car les investisseurs et les entreprises sont à la recherche d'aubaines.

« L'innovation qui émerge de l'univers des technologies financières du Canada et l'habilitation numérique qu'il apporte à l'écosystème des services financiers font du Canada un endroit attrayant pour les investissements dans les technologies financières. Je crois que nous continuerons de voir une croissance dans des domaines comme les technologies de paiements, les technologies réglementaires et la cryptomonnaie, malgré les bouleversements dans le secteur des crypto-actifs et le secteur des technologies en général », a affirmé Rajeev Shankar, associé, Transformation de la fonction finance et Services financiers chez KPMG au Canada.

« Nous voyons aussi des investissements dans des entreprises de technologies financières établies dans des endroits comme Charlottetown, Medicine Hat et Québec, ce qui m'indique que l'écosystème des technologies financières du Canada continuera d'évoluer et de se diversifier, tant en ce qui concerne les types de technologies financières qui émergent, les services qu'elles offrent, et même là où elles prospèrent », a-t-il ajouté.

Un mot sur KPMG au Canada

KPMG s.r. l./S.E.N.C.R.L., cabinet d'audit, de fiscalité et de services-conseils et société canadienne à responsabilité limitée appartient à des Canadiens qui en assurent l'exploitation. Depuis plus de 150 ans, nos professionnels fournissent aux Canadiens tout un éventail de services-conseils, de services de comptabilité et d'audit et de services fiscaux qui inspirent la confiance, favorisent le changement et stimulent l'innovation. Guidé par des valeurs fondamentales – Intégrité, Excellence, Courage, Ensemble, Pour le mieux –, KPMG compte plus de 10 000 professionnels et employés dans plus de 40 bureaux au Canada, qui servent des clients des secteurs privé et public. KPMG fait régulièrement partie des meilleurs employeurs au Canada et est reconnu comme l'un des meilleurs milieux de travail au pays.

Le cabinet est constitué en vertu des lois de l'Ontario et membre de l'organisation mondiale KPMG de cabinets indépendants affiliés à KPMG International Limited, société de droit anglais à responsabilité limitée par garantie. Chaque cabinet membre est une personne morale distincte et indépendante, et se décrit comme tel. Pour plus d'information, consultez kpmg.com/ca/fr.

Pour toute demande d'information de la part des médias, adressez-vous à :

Roula Meditskos
Service national des communications et Relations avec les médias
KPMG au Canada
416-549-7982
rmeditskos@kpmg.ca